Technique très ancienne, on retrouve des traces de la pratique de la stimulation réflexe, sur les mains et sur les pieds, en Chine 4 000 ans avant JC, mais également en Inde où ont été découvertes des planches illustrant une « cartographie » des zones à stimuler sur les pieds. En Egypte, le tombeau d’Ankhmahor à Saqqarah (aussi connu sous le nom de « tombeau des médecins » et datant de 2230 avant JC) est illustré d’une scène de stimulation réflexe sur les pieds et sur les mains.

histoire de la réflexothérapie en Egypte

Au 20ème siècle en occident, on doit la « redécouverte » de la stimulation réflexe au médecin américain William Fitzgerald (appliquée aux pieds, il publie le résultat de ses travaux en 1915-1917). Dans les années 30, une autre américaine, Eunice Ingham, poursuit et développe le travail entamé par le Dr Fitzgerald, sur les mains et les pieds ; elle est connue comme la « pionnière » de la réflexologie moderne.

Dans les années 50, c’est un médecin français, le Dr Paul Nogier, qui découvre la stimulation réflexe sur l’oreille, et développe l’auriculothérapie puis l’auriculomédecine. Toujours en France, dans les années 80 et 90, le Dr Jean Bossy explique la stimulation réflexe et l’étudie cliniquement avec ses travaux en neurophysiologie. 

Aujourd’hui, ces techniques de stimulation réflexe continuent à être affinées et développées par des réflexothérapeutes et des médecins ; elles sont également expliquées du point de vue physiologique par des médecins et neurologues.